Capitals Coalition

Capitals Coalition

Capitals Coalition

Date de création : 2020

Type de porteur(s) : Institution publique, ONG et association, entreprises.

Type d’engagement : Pas d’engagement.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, experts, chercheurs ou académiques, institutions publiques, autres initiatives.

Financeur(s) ou porteur(s) : Anthesis, ABN AMRO, Business for Nature, Center for Safety and Health Sustainability, Economics for the Environment Consultancy, ERM, Green Economy Coalition, Global Green Growth Initiative, IDEEA Group, Impact Management Project (IMP),  ICAEW, IUCN, Kering, Little Blue Research, L’Oréal, Natural Capital Project, Netherlands Water Partnership, Novartis, Olam, PwC, Shift, S&P Global, SustainValue, UNEP WCMC, value balancing alliance (VBA), Wellbeing Economy Alliance, WBCSD, WWF International, CEBDS.

Thématique(s) de travail : Biodiversité, comptabilité, données, droits de l’Homme, économie, finance, gouvernance, gestion, inégalités, santé.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Agriculture, conservation, déforestation, indicateurs de biodiversité, intégration de la biodiversité, océan, reporting, valorisation de la nature.

Méthode(s) de travail : Développement de projets bénéfiques pour la nature, les êtres humains et l’économie.

Description : « La Natural Capital Coalition et la Social & Human Capital Coalition se sont réunies dans l’initiative Capitals Coalition. Les coalitions travailleront en collaboration pour s’assurer que les valeurs issues de la nature, la société et les Hommes renseignent conjointement les prises de décision publiques et privées. L’objectif de cette union est de réussir à offrir un futur stable et résilient en abordant les questions environnementales, sociales et économiques ensemble au sein d’un système intégré.

Cette approche systémique est incluse dans l’initiative qui réunit plus de 350 organisations et engage des milliers d’autres qui représentent ensemble tous les aspects de la société couvre notre économie globalisée. La coalition participe à l’accélération des dynamiques, à l’influence des succès, à la mise en relation de communautés engagées et puissantes et à l’identification d’espaces, projets, partenariats où il est possible d’obtenir des résultats positifs pour la nature, les êtres humains et l’économie. »

Site internet

Commission Biodiversité d’Entreprises pour l’Environnement (EpE)

Commission Biodiversité d’Entreprises pour l’Environnement (EpE)

Commission Biodiversité d’Entreprises pour l’Environnement (EpE)

Date de création : 2008

Type de porteur(s) : Entreprises

Type d’engagement : Pas d’obligations.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises.

Financeur(s) ou porteur(s) : Les entreprises membres d’Entreprises pour l’Environnement (EpE).

Thématique(s) de travail : Biodiversité, gouvernance.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Indicateurs de biodiversité, intégration de la biodiversité, reporting, valorisation de la nature.

Méthode(s) de travail : Partage de bonnes pratiques des entreprises membres, retours d’expériences, expertises, publications, engagements volontaires.

Description : « Le récent Plan Biodiversité en France, la CBD, l’UICN, l’IPBES ou encore les Objectifs de Développement Durable (ODD) à l’international insistent sur le rôle des acteurs économiques dans la préservation de la biodiversité et des services écosystémiques et sur l’urgence de modifier les modèles de développement actuels.

La biodiversité étant dans son principe même systémique, les solutions individuelles ne sont pas suffisantes. Les entreprises sont incitées à accélérer la meilleure prise en compte de la biodiversité dans leurs modèles d’affaires et leurs opérations. Quelle que soit l’activité de l’entreprise, celle-ci a des impacts directs ou indirects sur la biodiversité. Après avoir travaillé sur les méthodes, outils, indicateurs et partenariats pour mieux appréhender et gérer les impacts directs, la commission Biodiversité d’EpE s’est attachée à l’amélioration de la prise en compte des impacts indirects des entreprises sur la biodiversité, c’est-à-dire sur la gestion des impacts tout au long de la chaine de valeur.

Depuis janvier 2017, la commission présidée par Nathalie Devulder, Directrice Développement Durable de RTE, a initié un nouveau cycle de réflexion sur le changement d’échelle : comment massifier les actions en faveur de la biodiversité et intégrer la biodiversité aux décisions stratégiques des entreprises.

La commission Biodiversité est à l’origine de l’initiative d’engagement act4nature dont le lancement en France a eu lieu le 10 juillet 2018 et qui sera prochainement remplacée par l’initiative act4nature international, l’engagement act4nature ayant été intégré dans le dispositif d’engagement des entreprises du gouvernement français : « Entreprises Engagées pour la Nature – act4nature France ». »

Publications

Global Landscapes Forum

Global Landscapes Forum

Global Landscapes Forum

Date de création : 2013

Type de porteur(s) : Institution publique.

Type d’engagement : Pas d’obligations.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, institutions publiques, ONG ou associations, experts, recherche ou académiques, organisations de la société civile, autres initiatives.

Financeur(s) ou porteur(s) : Ministères allemands pour la coopération économique et le développement et pour l’environnement, la conservation de la nature et la sécurité nucléaire, Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale et son programme de recherche sur les forêts, arbres et l’agroforesterie.

Thématique(s) de travail : Alimentation, biodiversité, droit, droits de l’Homme, finance, gouvernance, industries.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Agriculture, conservation, déforestation, indicateurs de biodiversité, intégration de la biodiversité, restauration, utilisation des terres.

Méthode(s) de travail : Organisations de forums et d’évènements, de groupes de travail développement d’activités d’enseignement, favorisation du networking.

Description : « Le Global Landscape Forum est une plateforme sur l’usage durable des terres consacrée à l’accomplissement des Objectifs de Développement Durable et à l’Accord de Paris. La plateforme a déjà connecté 4 900 organisations et 190 000 participants à ses évènements. Le forum contribue à de nombreuses autres initiatives (AFR 100, Initiative 20×20, Congo Peatlands Agreement, Global Peatlands Initiative, International Partnership for Blue Carbon, TFA 2020, Tropical Landscapes Finance Facility) et ses projets, évènements et rayonnement ont pour objectifs d’engager le dialogue et de répondre aux problèmes multi-acteurs les plus complexes.

Le Global Landscapes Forum a pour but de démarrer un mouvement avec 1 million de personnes sur la thématique de l’usage durable des terres. Le forum possède quatre principes : connecter, partager, apprendre et agir. Il applique ces principes en soutenant une approche holistique et factuelle des défis mondiaux que sont :

– Restaurer des millions de terres dégradées ;

– S’attaquer aux droits des communautés, aux inégalités des genres et aux régimes fonciers précaires ;

– Répondre aux problèmes d’insécurité alimentaire et au déclin des conditions de vie rurale ;

– Confronter les finances inadéquates et les chaînes de valeur non durables ;

– Trouver un cadre universel pour les indicateurs de façon à mesurer les progrès de façon fiable. »

Site internet

Global Compact France

Global Compact France

Global Compact France

Date de création : 2005

Type de porteur(s) : Institutions publiques.

Type d’engagement : Engagement sur des objectifs communs et spécifiques au secteur d’activité avec une obligation de rapporter sur les progrès effectués.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, experts, recherche ou académiques, organisations de la société civile, institutions publiques.

Financeur(s) ou porteur(s) : Les entreprises s’engageant au niveau de la France.

Thématique(s) de travail : Biodiversité, climat, droit, droits de l’Homme, eau, éducation, énergies, finance, gouvernance, inégalités, santé.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Agriculture, conservation, océan, restauration, sols.

Méthode(s) de travail : Développement de thèmes d’actions  sur lesquels peuvent s’engager les entreprises, accompagnement des entreprises, organisation de groupes de travail.

Description : « Le Global Compact France est le relai France du Global Compact des Nations Unies. Il y a 1261 engagés dont 1152 entreprises. Retrouvez la description du Global Compact ici.

Il est d’abord nécessaire de s’engager dans le Global Compact UN (respecter les 10 principes) pour adhérer au Global Compact France et la cotisation est reversée au Global Compact France. »

Site internet

Global Reporting Initiative (GRI)

Global Reporting Initiative (GRI)

Global Reporting Initiative (GRI)

Date de création : 1997

Type de porteur(s) : ONG ou associations.

Type d’engagement : Pas d’obligations.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, institutions publiques, organisations de la société civile.

Financeur(s) ou porteur(s) : L’ensemble des entreprises et organisations membres.

Thématique(s) de travail : Biodiversité, climat, comptabilité, déchets, droits de l’Homme, eau, économie, énergies, finance, gouvernance, industries, inégalités, santé.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Conservation, intégration de la biodiversité, reporting, restauration.

Méthode(s) de travail : Développement de standards de reporting pour les organisations, organisations de groupes de travail, aide aux organisations dans la réalisation de leur reporting.

Description : « La Global Reporting Initiative est une organisation qui a pour but d’aider les entreprises et les gouvernements du monde entier à comprendre leurs impacts et à les communiquer. L’initiative a développé des standards de reporting pour ces organisations concernant des enjeux essentiels comme la biodiversité, le changement climatique, les droits de l’homme la gouvernance, le bien-être social etc. Ces standards de reporting sur les enjeux de développement durable sont approuvés au niveau mondial et sont accessibles gratuitement depuis leur site internet. Dans l’optique de favoriser le reporting sur les enjeux de durabilité des organisations, l’initiative se concentre sur quatre enjeux pour les prochaines années :

– Créer des standards et conseils pour accélérer le développement durable des organisations ;

– Harmoniser le paysage du reporting sur les sujets de durabilité ;

– Mener des opérations de reporting de durabilité productives et efficaces ;

– Piloter l’usage efficace de l’information sur la durabilité des activités pour améliorer la performance. »

Site internet

One Planet Summit

One Planet Summit

One Planet Summit

Date de création : 2017

Type de porteur(s) : Institution publique.

Type d’engagement : Engagement parmi une liste de projets.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, experts, recherche ou académiques, institutions publiques.

Financeur(s) ou porteur(s) : Gouvernement français.

Thématique(s) de travail : Biodiversité, climat, eau, économie de l’environnement, finance, gouvernance, pollutions, recherche.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Agriculture, conservation.

Méthode(s) de travail : Développement d’engagements et d’actions liées à ces engagements dans lesquelles peuvent s’impliquer les acteurs.

Description : « Le One Planet Summit a été lancé par Emmanuel Macron et il regroupe 12 engagements pour le climat afin de respecter l’Accord de Paris. Ces engagements s’expriment au travers de 30 actions auxquelles peuvent participer les gouvernements, entreprises, organisations internationales, etc.

Parmi ces engagements, deux possèdent des actions impliquant la biodiversité :

–  « Faire face aux évènements extrêmes dans les États insulaires » dans laquelle une initiative « climat et biodiversité dans le Pacifique » a été développée (grâce à l’AFD) ;

– « Protéger les terres et les ressources en eau face aux effets du dérèglement climatique » dans laquelle une initiative « un fond pour une gestion durable des terres » a été mise en place (grâce à la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification et Mirova (société proposant des stratégies d’investissement dans des projets durables).

Ils ont également développé un « One Planet Lab » qui travaille au développement de nouveaux engagements et actions à mener. »

Site internet