Initiative for Responsible Mining Assurance (IRMA)

Initiative for Responsible Mining Assurance (IRMA)

Initiative for Responsible Mining Assurance (IRMA)

Date de création : 2006

Type de porteur(s) : Entreprises, ONG ou associations.

Type d’engagement : Engagement sur des objectifs spécifiques au secteur d’activité (minière).

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, organisations de la société civile.

Financeur(s) ou porteur(s) : AngloAmerican, Arcelor Mittal, Earthworks, First Nations Women Advocating Responsible Mining (FNWARM), Human Rights Watch,  Industrial Global Union, Jewelers of America, Material Efficiency Research Group, Microsoft, Tiffany & Co, United Steelworkers.

Thématique(s) de travail : Biodiversité, climat, déchets, droits de l’Homme, eau, industrie, pollutions.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Compensation, conservation, industries extractives, reporting, restauration.

Méthode(s) de travail : Développement de standards et d’un système de certification. Construction d’une « carte des mines responsables ».

Description : « L’Initiative for Responsible Mining Assurance rassemble entreprises minières, entreprises s’approvisionnant en ressources minières, ONG et organisations syndicales derrière une vision commune : celle d’une industrie minière respectant les droits de l’Homme et les désirs des communautés affectées, fournissant un cadre de travail sécurisé, sain et solidaire, minimisant les préjudices environnementaux et laissant une empreinte positive.

L’initiative propose de certifier la performance sociale et environnementale de sites miniers en utilisant des standards reconnus mondialement et développés en consultation avec un large panel d’acteurs du milieu. Au sein des critères du standard, la responsabilité environnementale est évaluée et un chapitre spécifique à la biodiversité, aux services écosystémiques et aires protégées a été développé. Des exigences sont requises au niveau d’études d’impact, d’atténuation de ces impacts, de gestion au niveaux des espaces protégés et de surveillance des pratiques de gestion mises en place. »

Site internet

The Fashion Pact

The Fashion Pact

The Fashion Pact

Date de création : 2019

Type de porteur(s) : Entreprises.

Type d’engagement : Engagement sur des objectifs communs et spécifiques au secteur d’activité.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises.

Financeur(s) ou porteur(s) : Entreprises signataires (voir ci-dessous).

Thématique(s) de travail : Biodiversité, climat, économie circulaire, industries, pollutions, technologies.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Agriculture, conservation, déforestation, restauration, sols.

Méthode(s) de travail : Collaboration entre entreprises, fixation d’objectifs, élaboration d’initiatives conjointes

Description : « Le Fashion Pact est une initiative de Kering, regroupant de nombreuses entreprises du domaine de la mode et du textile. Elle a été lancée lors du G7 à Biarritz.

La coalition articule ses engagements autour de trois thématiques :

  • L’enrayement du réchauffement climatique ;
  • La restauration de la biodiversité ;
  • La protection des océans.

Cinquante-six entreprises représentant 250 marques ont signé le pacte : ADIDAS, ARMANI GROUP, AUCHAN RETAIL, BALLY, BESTSELLER, BURBERRY, CALZEDONIA GROUP, CAPRI HOLDINGS LIMITED, CARREFOUR, CHANEL, CELIO, DAMARTEX GROUP, DECATHLON, EL CORTE INGLES, ERALDA, ERMENEGILDO ZEGNA, EVERYBODY & EVERYONE, FARFETCH, FASHION3, FIGARET, FUNG GROUP, GANT, GALERIES LAFAYETTE, GAP Inc., GEOX, GROUPE BEAUMANOIR, GROUPE ERAM, GROUPE ETAM, GTS GROUP, H&M GROUP, HERMES, INDITEX, KARL LAGERFELD, KERING, KIABI, LA REDOUTE, LADY LAWYER FASHION ARCHIVE, MANGO, MATCHESFASHION.COM, MONCLER, NANA JUDY, NIKE, NORDSTROM, PAUL & JOE, PRADA S.p.A., PROMOD, PUMA, PVH Corp., RALPH LAUREN, RUYI, SALVATORE FERRAGAMO, SELFRIDGES GROUP, SPARTOO-ANDRE, STELLA MCCARTNEY, TAPESTRY, THE VISUALITY CORPORATION.

En plus des engagements globaux sur les trois thématiques, les entreprises sont invitées à participer à des initiatives et travaux concrets conjointement avec d’autres organisations (recherche, ONG, etc.) et d’autres secteurs. Les signataires sont également invitées à mener des actions transversales qui recoupent les engagements (économie circulaire, éducation, etc.).»

Site internet

Voice for the planet

Voice for the planet

Voice for the Planet

Date de création : 2019

Type de porteur(s) : ONG ou associations.

Type d’engagement : Engagement sur des objectifs spécifiques.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, institutions publiques, organisations de la société civile.

Financeur(s) ou porteur(s) : Global Shapers (World Economic Forum), Ape Alliance, BirdLife International, Circle of Blue, ClientEarth, Climate Reality Project, Conservation International, Designing Water’s Future, Fauna and Flora International, Globaia, International Union for the Conservation of Nature and Natural Resources, IPBES, Lion’s Share, National Geographic Society, Nature4Climate, Project Everyone, RSPB, The Natural History Museum, The Nature Conservancy, UNDP, UNICEF, World Economic Forum’s Center for Global Public Goods, WRI, WWF, Zoological Society of London.

Thématique(s) de travail : Biodiversité, climat, énergies, industries.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Agriculture, conservation, intégration de la biodiversité, restauration

Méthode(s) de travail : Développement d’une plateforme d’engagement pour tout individu ou acteur souhaitant agir pour la planète.

Description : « L’initiative Voice for the planet a été lancée par Global Shapers (une initiative du World Economic Forum) durant le Forum de Davos en janvier 2019. Il s’agit d’une plateforme (gérée par le WWF) sur laquelle n’importe quel individu appeler les dirigeants de notre monde à une action urgente. L’initiative fait partie de la demande global d’un « new deal for nature and people » qui appelle à sauvegarder la nature et mettre en place des mesures pour qu’elle soit restaurée en 2030. L’initiative demande à tout le monde d’agir : individus, communautés, entreprises et politiciens.

La plateforme permet aux personnes souhaitant s’engager de renseigner des informations et de choisir parmi les cinq actions suivantes :

  • Changer ma façon de manger ;
  • Adopter les énergies renouvelables ;
  • Restaurer la nature là où j’habite ;
  • Changer mes habitudes consommations ;
  • Demander à mes dirigeants politiques de protéger la nature.

Les engagements seront portés lors des grands évènements de 2020 pour la biodiversité.»

Site internet

Global Landscapes Forum

Global Landscapes Forum

Global Landscapes Forum

Date de création : 2013

Type de porteur(s) : Institution publique.

Type d’engagement : Pas d’obligations.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, institutions publiques, ONG ou associations, experts, recherche ou académiques, organisations de la société civile, autres initiatives.

Financeur(s) ou porteur(s) : Ministères allemands pour la coopération économique et le développement et pour l’environnement, la conservation de la nature et la sécurité nucléaire, Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale et son programme de recherche sur les forêts, arbres et l’agroforesterie.

Thématique(s) de travail : Alimentation, biodiversité, droit, droits de l’Homme, finance, gouvernance, industries.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Agriculture, conservation, déforestation, indicateurs de biodiversité, intégration de la biodiversité, restauration, utilisation des terres.

Méthode(s) de travail : Organisations de forums et d’évènements, de groupes de travail développement d’activités d’enseignement, favorisation du networking.

Description : « Le Global Landscape Forum est une plateforme sur l’usage durable des terres consacrée à l’accomplissement des Objectifs de Développement Durable et à l’Accord de Paris. La plateforme a déjà connecté 4 900 organisations et 190 000 participants à ses évènements. Le forum contribue à de nombreuses autres initiatives (AFR 100, Initiative 20×20, Congo Peatlands Agreement, Global Peatlands Initiative, International Partnership for Blue Carbon, TFA 2020, Tropical Landscapes Finance Facility) et ses projets, évènements et rayonnement ont pour objectifs d’engager le dialogue et de répondre aux problèmes multi-acteurs les plus complexes.

Le Global Landscapes Forum a pour but de démarrer un mouvement avec 1 million de personnes sur la thématique de l’usage durable des terres. Le forum possède quatre principes : connecter, partager, apprendre et agir. Il applique ces principes en soutenant une approche holistique et factuelle des défis mondiaux que sont :

– Restaurer des millions de terres dégradées ;

– S’attaquer aux droits des communautés, aux inégalités des genres et aux régimes fonciers précaires ;

– Répondre aux problèmes d’insécurité alimentaire et au déclin des conditions de vie rurale ;

– Confronter les finances inadéquates et les chaînes de valeur non durables ;

– Trouver un cadre universel pour les indicateurs de façon à mesurer les progrès de façon fiable. »

Site internet

Naturalcapital.community

Naturalcapital.community

Naturalcapital.community

Date de création : Non spécifiée, sûrement 2015.

Type de porteur(s) : ONG ou associations, institutions publiques.

Type d’engagement : Pas d’obligations.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, experts, recherche ou académiques, institutions publiques.

Financeur(s) ou porteur(s) : MVO Nederland et le gouvernement néerlandais.

Thématique(s) de travail : Biodiversité, déchets, eau, économie circulaire, énergies, finance, industrie, pollutions, villes.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Agriculture, compensation, conservation, intégration de la biodiversité, restauration, valorisation de la nature.

Méthode(s) de travail : Mise en place d’une plateforme réunissant défis, solutions, connaissances pour que les acteurs puissent trouver des partenaires pour relever leurs défis ou mettre en place leurs solutions.

Description : « Naturalcapital.community est une plateforme lancée par le gouvernement néerlandais et l’association MVO Nederland faisant l’intermédiaire entre entrepreneurs d’autres acteurs partageant la même vision dans le but de résoudre des défis. La plateforme est divisée entre la section concernant des défis, des solutions, des connaissances, celle qui promeut des évènements et celle qui présente les réseaux d’entrepreneurs durables. La plateforme vise donc les entrepreneurs recherchant un équilibre entre leur processus de gestion, la biodiversité et les écosystèmes.

Des experts et citoyens agissant déjà au quotidien peuvent également partager leurs vision personnelle, leurs connaissances et services. Une organisation devenant membre peut partager son défi sur la plateforme et trouver une personne ou organisation pouvant répondre à ce défi. Elle lui partage alors des idées innovantes et travaille sur des solutions pour cette organisation. »

Site internet

Science Based Targets Initiative

Science Based Targets Initiative

Science Based Targets Initiative

Date de création : 2015

Type de porteur(s) : Institutions publiques, ONG ou associations.

Type d’engagement : Engagement sur des objectifs spécifiques à l’entreprise avec obligation de rapporter sur les progrès effectués.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, experts, recherche et académiques, organisations de la société civile, institutions publiques.

Financeur(s) ou porteur(s) : IKEA Foundation, We Mean Business, UPS Foundation et d’autres financements sur des projets spécifiques.

Thématique(s) de travail : Biodiversité, climat, finance, industrie, pollutions.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Intégration de la biodiversité.

Méthode(s) de travail : Organisation de réunions de travail, promotion de pratiques exemplaires, évaluation et approbation des objectifs des entreprises.

Description : « La Science Based Targets Initiative est issue d’une collaboration entre le CDP, le Global Compact, le World Resource Institute, WWF et un des engagements We Mean Business. L’objectif de l’initiative est que d’ici 2020, la fixation d’objectifs fondés sur la science devienne une pratique entrepreneuriale classique. L’initiative présente les entreprises qui fixent des objectifs fondés sur la science dans les études de cas, évènements et à travers les médias afin de démontrer tous les bénéfices que peuvent avoir ces objectifs. Elle définit et promeut les pratiques exemplaires dans la fixation d’objectifs fondés sur la science avec l’aide d’un Groupe Consultatif Technique. Elle met à disposition des ressources, organise des réunions de travail et offre des conseils pour enlever les barrières à l’utilisation des ressources scientifiques. Enfin, elle évalue et approuve les objectifs des entreprises de façon indépendante.

Aujourd’hui, 689 entreprises sont passés à l’action à travers l’initiative et 285 ont des « science-based targets » approuvés par l’initiative. Suite au rapport du GIEC sur les différents scénarios d’augmentation des températures et de l’Accord de Paris, ils accompagnent désormais seulement les entreprises ayant des objectifs respectant l’objectif 2°C qu’elles devront refaire valider tous les 5 ans par l’initiative. »

Site internet