The Fashion Pact

The Fashion Pact

The Fashion Pact

Date de création : 2019

Type de porteur(s) : Entreprises.

Type d’engagement : Engagement sur des objectifs communs et spécifiques au secteur d’activité.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises.

Financeur(s) ou porteur(s) : Entreprises signataires (voir ci-dessous).

Thématique(s) de travail : Biodiversité, climat, économie circulaire, industries, pollutions, technologies.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Agriculture, conservation, déforestation, restauration, sols.

Méthode(s) de travail : Collaboration entre entreprises, fixation d’objectifs, élaboration d’initiatives conjointes

Description : « Le Fashion Pact est une initiative de Kering, regroupant de nombreuses entreprises du domaine de la mode et du textile. Elle a été lancée lors du G7 à Biarritz.

La coalition articule ses engagements autour de trois thématiques :

  • L’enrayement du réchauffement climatique ;
  • La restauration de la biodiversité ;
  • La protection des océans.

Cinquante-six entreprises représentant 250 marques ont signé le pacte : ADIDAS, ARMANI GROUP, AUCHAN RETAIL, BALLY, BESTSELLER, BURBERRY, CALZEDONIA GROUP, CAPRI HOLDINGS LIMITED, CARREFOUR, CHANEL, CELIO, DAMARTEX GROUP, DECATHLON, EL CORTE INGLES, ERALDA, ERMENEGILDO ZEGNA, EVERYBODY & EVERYONE, FARFETCH, FASHION3, FIGARET, FUNG GROUP, GANT, GALERIES LAFAYETTE, GAP Inc., GEOX, GROUPE BEAUMANOIR, GROUPE ERAM, GROUPE ETAM, GTS GROUP, H&M GROUP, HERMES, INDITEX, KARL LAGERFELD, KERING, KIABI, LA REDOUTE, LADY LAWYER FASHION ARCHIVE, MANGO, MATCHESFASHION.COM, MONCLER, NANA JUDY, NIKE, NORDSTROM, PAUL & JOE, PRADA S.p.A., PROMOD, PUMA, PVH Corp., RALPH LAUREN, RUYI, SALVATORE FERRAGAMO, SELFRIDGES GROUP, SPARTOO-ANDRE, STELLA MCCARTNEY, TAPESTRY, THE VISUALITY CORPORATION.

En plus des engagements globaux sur les trois thématiques, les entreprises sont invitées à participer à des initiatives et travaux concrets conjointement avec d’autres organisations (recherche, ONG, etc.) et d’autres secteurs. Les signataires sont également invitées à mener des actions transversales qui recoupent les engagements (économie circulaire, éducation, etc.).»

Site internet

Global Landscapes Forum

Global Landscapes Forum

Global Landscapes Forum

Date de création : 2013

Type de porteur(s) : Institution publique.

Type d’engagement : Pas d’obligations.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, institutions publiques, ONG ou associations, experts, recherche ou académiques, organisations de la société civile, autres initiatives.

Financeur(s) ou porteur(s) : Ministères allemands pour la coopération économique et le développement et pour l’environnement, la conservation de la nature et la sécurité nucléaire, Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale et son programme de recherche sur les forêts, arbres et l’agroforesterie.

Thématique(s) de travail : Alimentation, biodiversité, droit, droits de l’Homme, finance, gouvernance, industries.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Agriculture, conservation, déforestation, indicateurs de biodiversité, intégration de la biodiversité, restauration, utilisation des terres.

Méthode(s) de travail : Organisations de forums et d’évènements, de groupes de travail développement d’activités d’enseignement, favorisation du networking.

Description : « Le Global Landscape Forum est une plateforme sur l’usage durable des terres consacrée à l’accomplissement des Objectifs de Développement Durable et à l’Accord de Paris. La plateforme a déjà connecté 4 900 organisations et 190 000 participants à ses évènements. Le forum contribue à de nombreuses autres initiatives (AFR 100, Initiative 20×20, Congo Peatlands Agreement, Global Peatlands Initiative, International Partnership for Blue Carbon, TFA 2020, Tropical Landscapes Finance Facility) et ses projets, évènements et rayonnement ont pour objectifs d’engager le dialogue et de répondre aux problèmes multi-acteurs les plus complexes.

Le Global Landscapes Forum a pour but de démarrer un mouvement avec 1 million de personnes sur la thématique de l’usage durable des terres. Le forum possède quatre principes : connecter, partager, apprendre et agir. Il applique ces principes en soutenant une approche holistique et factuelle des défis mondiaux que sont :

– Restaurer des millions de terres dégradées ;

– S’attaquer aux droits des communautés, aux inégalités des genres et aux régimes fonciers précaires ;

– Répondre aux problèmes d’insécurité alimentaire et au déclin des conditions de vie rurale ;

– Confronter les finances inadéquates et les chaînes de valeur non durables ;

– Trouver un cadre universel pour les indicateurs de façon à mesurer les progrès de façon fiable. »

Site internet

Global Commons Alliance

Global Commons Alliance

Global Commons Alliance

Date de création : 2019

Type de porteur(s) : ONG ou associations, institutions publiques.

Type d’engagement : Engagement sur des objectifs spécifiques au secteur d’activité avec obligation de rapporter sur les progrès effectués.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, experts, recherche ou académiques, institutions publiques.

Financeur(s) ou porteur(s) : Non spécifié.

Thématique(s) de travail : Biodiversité, climat.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Conservation, déforestation, océan, restauration.

Méthode(s) de travail : Développement d’un programme pour suivre l’état des connaissances, les solutions pratiques à mettre en œuvre et pour connecter les acteurs utilisant ces solutions.

Description : « Global Commons Alliance est une initiative qui a pour but de guider entreprises, gouvernements et le public dans leurs actions pour combattre la pollution, l’érosion de la biodiversité (notamment la destruction des habitats), l’extraction de ressources non durables, en changeant les systèmes de production et de consommation de nourriture, d’énergie et les villes. Elle unit scientifiques, ONG, entreprises et gouvernements pour promouvoir ces actions.

Leur plan comporte 4 parties :

– La commission de la Terre : une équipe de scientifiques qui synthétisent les dernières recherches, anticipent les moments charnières et évaluent les limites du système planétaire.

– Le réseau d’objectifs fondés sur la science : un groupe d’ONG qui transforme les constats scientifiques en applications pratiques pour les entreprises et les villes afin de fixer des objectifs pour évoluer au sein des limites planétaires.

– Le QG Terre : un portail médiatique pour connecter les personnes à travers le monde, afin qu’ils partagent la vision globale de la façon dont les systèmes terrestres vivent et puissent suivre les avancées.

– Le changement de système : des dirigeants visionnaires qui vont construire de nouvelles coalitions et partenariats pour renaturer nos villes et transformer nos systèmes économiques afin d’atteindre une soutenabilité de long terme. »

Site internet

Accountability Framework

Accountability Framework

Accountability Framework

Date de création : 2016

Type de porteur(s) : ONG ou associations.

Type d’engagement : Engagement sur des objectifs communs et spécifiques à l’entreprise avec obligation de rapporter sur les progrès effectués.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, organisations de la société civile, institutions publiques, autres initiatives.

Financeur(s) ou porteur(s) : Ministère de l’environnement, de la conservation de la nature et de la sécurité nucléaire allemand, Gordon and Betty Moore Foundation, Norway’s International Climate and Forest Initiative, Secrétariat des affaires économiques du gouvernement Suisse, UK Aid Direct.

Thématique(s) de travail : Biodiversité, droits de l’Homme, industrie.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Agriculture, conservation, déforestation, intégration de la biodiversité, reporting, restauration.

Méthode(s) de travail : Développement d’un cadre avec des définitions, normes, lignes de conduites que peuvent implémenter les entreprises pour avoir des chaînes de production éthiques.

Description : « Il s’agit d’une coalition construite autour d’un objectif commun : accélérer le progrès et améliorer la comptabilité sur les engagements des entreprises à protéger la forêt, les écosystèmes naturels et les droits de l’Homme. Le comité de pilotage d’Accountability Framework est essentiellement composé d’ONG et il travaille avec des entreprises, gouvernements et d’autres initiatives durables. La coalition fournit une feuille de route pour le développement, l’implémentation et la surveillance de chaînes de valeurs éthiques dans les domaines liés à l’agriculture et à la foresterie.

Les normes fixées proviennent d’un consensus établi par de nombreuses ONG environnementales et défendant les droits de l’Homme. Elles ont été revues par le secteur privé et d’autres acteurs clés afin de développer une référence mondiale applicable à différentes denrées et régions planétaires. Il y a trois phases définies par le cadre : la prise d’engagements, le passage à l’action et la démonstration des progrès. Tout au long de ces étapes, des principes fondamentaux ont été définis par l’initiative pour fournir un point de départ pour la mise en œuvre du cadre de l’initiative dans différents contextes. »

Site internet

Programme de Développement Durable à l’Horizon 2030 de l’ONU

Programme de Développement Durable à l’Horizon 2030 de l’ONU

Programme de Développement Durable à l’Horizon 2030 de l’ONU

Date de création : 2015

Type de porteur(s) : Institution publique.

Type d’engagement : Pas d’obligation

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, institutions publiques, experts, recherche ou académiques, organisations de la société civile.

Financeur(s) ou porteur(s) : Organisations des Nations Unies.

Thématique(s) de travail : Alimentation, biodiversité, climat, déchets, droit, droits de l’Homme, eau, économie, éducation, énergies, industries, inégalités, santé, villes.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Agriculture, conservation, déforestation, désertification, océan, pollution plastique, restauration.

Méthode(s) de travail : Développement de 17 objectifs et de 169 cibles de développement durable, suivi et examen de ces derniers sur la base d’indicateurs, organisation de réunions annuelles pour faire un état des lieux de l’avancement et sensibiliser à l’action dans le cadre des objectifs définis.

Description : « En septembre 2015, lors du Sommet sur le développement durable organisé par l’ONU à New-York, les 193 États membres ont adopté le Programme de développement durable à l’horizon 2030 ainsi que ses 17 objectifs de développement durables (ODD). Il vise à inciter et guider les gouvernements dans la mise en œuvre de politiques contribuant à la réalisation de ces objectifs. Néanmoins, ils peuvent également être repris par tout acteur (entreprise, organisation de la société civile) souhaitant œuvrer dans le cadre du programme car ils sont globaux et applicables universellement. Trois objectifs concernent la biodiversité : l’ODD 14 sur la vie aquatique, l’ODD 15 sur la vie terrestre et l’ODD 17 sur les partenariats pour la réalisation des objectifs.

Chaque année, un rapport sur l’état d’avancement de la mise en œuvre des ODD est publié par le Secrétariat général de l’ONU. L’ONU organise également des campagnes spécifiques à certains objectifs de développement durable et favorisant les partenariats entre objectifs. »

Site internet

We Mean Business

We Mean Business

We Mean Business

Date de création : 2014

Type de porteur(s) : Entreprises, ONG ou association(s).

Type d’engagement : Choix parmi une liste d’engagements avec obligation de rapporter régulièrement selon l’engagement pris.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, institutions publiques, autres initiatives.

Financeur(s) ou porteur(s) : IKEA Foundation.

Thématique(s) de travail : Biodiversité, climat, eau, économie de l’environnement, énergies, pollutions, villes.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Agriculture, conservation, déforestation, restauration.

Méthode(s) de travail : Développement (et suivi) d’engagements concrets que peuvent prendre les entreprises.

Description : « We Mean Business est une coalition d’entreprises et d’organisations à but non lucratif. Les entreprises prennent des engagements prédéfinis. Les engagements sont principalement en faveur du climat mais quelques-uns sont dédiés aux chaînes de production et à la déforestation. Cette coalition représente 1638 engagements de la part de 1051 entreprises. Il existe plusieurs catégories pour les engagements : Net-zero (réduire ses émissions de gaz à effet de serre), énergie (créer des systèmes d’énergie zéro carbone), urbain (imaginer de nouvelles villes et moyens de transport), territoires (exploiter les territoires et éliminer la déforestation) et industriel (diminuer l’empreinte carbone des industries).

Deux engagements sont en lien avec la biodiversité :

– Celui sur l’élimination de la déforestation liée aux produits dans toutes les chaînes d’approvisionnement avant 2020. Il a été initié en collaboration avec le Carbon Disclosure Project (CDP) en 2015: 53 entreprises s’y sont engagées.

– Celui sur une agriculture climatiquement intelligente (CSA100) visant un rassemblement de 100 entreprises. Il comprend notamment des objectifs de protection de la biodiversité et des services écosystémiques et de restauration de terres dégradées. Il a été initié en collaboration avec le WBCSD, Unilever, Olam, Barry Callebaut, Syngenta et Rabobank en 2018. »

Site internet