Capitals Coalition

Capitals Coalition

Capitals Coalition

Date de création : 2020

Type de porteur(s) : Institution publique, ONG et association, entreprises.

Type d’engagement : Pas d’engagement.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, experts, chercheurs ou académiques, institutions publiques, autres initiatives.

Financeur(s) ou porteur(s) : Anthesis, ABN AMRO, Business for Nature, Center for Safety and Health Sustainability, Economics for the Environment Consultancy, ERM, Green Economy Coalition, Global Green Growth Initiative, IDEEA Group, Impact Management Project (IMP),  ICAEW, IUCN, Kering, Little Blue Research, L’Oréal, Natural Capital Project, Netherlands Water Partnership, Novartis, Olam, PwC, Shift, S&P Global, SustainValue, UNEP WCMC, value balancing alliance (VBA), Wellbeing Economy Alliance, WBCSD, WWF International, CEBDS.

Thématique(s) de travail : Biodiversité, comptabilité, données, droits de l’Homme, économie, finance, gouvernance, gestion, inégalités, santé.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Agriculture, conservation, déforestation, indicateurs de biodiversité, intégration de la biodiversité, océan, reporting, valorisation de la nature.

Méthode(s) de travail : Développement de projets bénéfiques pour la nature, les êtres humains et l’économie.

Description : « La Natural Capital Coalition et la Social & Human Capital Coalition se sont réunies dans l’initiative Capitals Coalition. Les coalitions travailleront en collaboration pour s’assurer que les valeurs issues de la nature, la société et les Hommes renseignent conjointement les prises de décision publiques et privées. L’objectif de cette union est de réussir à offrir un futur stable et résilient en abordant les questions environnementales, sociales et économiques ensemble au sein d’un système intégré.

Cette approche systémique est incluse dans l’initiative qui réunit plus de 350 organisations et engage des milliers d’autres qui représentent ensemble tous les aspects de la société couvre notre économie globalisée. La coalition participe à l’accélération des dynamiques, à l’influence des succès, à la mise en relation de communautés engagées et puissantes et à l’identification d’espaces, projets, partenariats où il est possible d’obtenir des résultats positifs pour la nature, les êtres humains et l’économie. »

Site internet

The Prince’s Accounting For Sustainability Project (A4S)

The Prince’s Accounting For Sustainability Project (A4S)

The Prince’s Accounting for Sustainability Project (A4S)

Date de création : 2004

Type de porteur(s) : ONG ou associations.

Type d’engagement : Engagement sur des objectifs communs et spécifiques au secteur d’activité.

Organisations rassemblées dans l’initiative : ONG ou associations, experts, recherche ou académiques, institutions publiques.

Financeur(s) ou porteur(s) : Prince of Wales’s Charitable Fund.

Thématique(s) de travail : Biodiversité, climat, comptabilité, droits de l’homme, finance.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Intégration de  la biodiversité, valorisation de la nature.

Méthode(s) de travail : Publication de guides, développement de projets, organisation d’évènements, organisation de réunions et webinaires.

Description : « Il s’agit d’un projet développé par la Fondation Charitable du Prince de Galles qui a pour but d’engager les acteurs de la finance dans des business model durables. Pour cela, le projet a développé trois principaux objectifs : inspirer les directeurs financiers à adopter des modèles économiques durables et résilients, transformer le processus de prise de décision financière pour permettre d’avoir une approche intégrée reflétant les opportunités et les risques liés aux sujets environnementaux et sociaux, intensifier l’action à travers la communauté de la finance et de la comptabilité au niveau mondial.

The Prince Accounting for Sustainability project travaille avec des directeurs financiers d’entreprises, la communauté comptable, les investisseurs et les marchés financiers (communauté financière au sens large), les gouvernements et régulateurs et enfin les écoles de commerce et le monde de l’enseignement supérieur. Ils accompagnent les différents acteurs et montent des projets pour qu’ils puissent développer des réponses stratégiques aux tendances durables à l’échelle mondiale. Ils développent des outils de mesure et de valorisation, cherchent à ce que les entreprises intègrent les facteurs de durabilité matérielle dans leurs prises de décisions et collaborent avec les bailleurs de fonds pour les informer sur les facteurs de financements durables. »

Site internet

Global Reporting Initiative (GRI)

Global Reporting Initiative (GRI)

Global Reporting Initiative (GRI)

Date de création : 1997

Type de porteur(s) : ONG ou associations.

Type d’engagement : Pas d’obligations.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, institutions publiques, organisations de la société civile.

Financeur(s) ou porteur(s) : L’ensemble des entreprises et organisations membres.

Thématique(s) de travail : Biodiversité, climat, comptabilité, déchets, droits de l’Homme, eau, économie, énergies, finance, gouvernance, industries, inégalités, santé.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Conservation, intégration de la biodiversité, reporting, restauration.

Méthode(s) de travail : Développement de standards de reporting pour les organisations, organisations de groupes de travail, aide aux organisations dans la réalisation de leur reporting.

Description : « La Global Reporting Initiative est une organisation qui a pour but d’aider les entreprises et les gouvernements du monde entier à comprendre leurs impacts et à les communiquer. L’initiative a développé des standards de reporting pour ces organisations concernant des enjeux essentiels comme la biodiversité, le changement climatique, les droits de l’homme la gouvernance, le bien-être social etc. Ces standards de reporting sur les enjeux de développement durable sont approuvés au niveau mondial et sont accessibles gratuitement depuis leur site internet. Dans l’optique de favoriser le reporting sur les enjeux de durabilité des organisations, l’initiative se concentre sur quatre enjeux pour les prochaines années :

– Créer des standards et conseils pour accélérer le développement durable des organisations ;

– Harmoniser le paysage du reporting sur les sujets de durabilité ;

– Mener des opérations de reporting de durabilité productives et efficaces ;

– Piloter l’usage efficace de l’information sur la durabilité des activités pour améliorer la performance. »

Site internet

Natural Capital Coalition

Natural Capital Coalition

Natural Capital Coalition

Date de création : 2012

Type de porteur(s) : Institution publique, ONG ou associations.

Type d’engagement : Pas d’obligations.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, experts, recherche ou académiques, organisations de la société civile, institutions publiques.

Financeur(s) ou porteur(s) : Calouste Gulbenkian Foundation, département pour l’environnement, l’alimentation et les affaires rurales du gouvernement du Royaume-Uni, Commission européenne, Gordon and Betty Moore Foundation, IFC, MAVA, ministère de l’agriculture, de la nature et de la qualité alimentaire des Pays-Bas, Ministère des affaires étrangères des Pays-Bas, Rockefeller Foundation, Secrétariat des affaires économiques Suisse, UNEP.

Thématique(s) de travail : Biodiversité, comptabilité, données, finance, gouvernance, industries.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Agriculture, conservation, déforestation, indicateurs de biodiversité, intégration de  la biodiversité, océan, reporting, valorisation de la nature.

Méthode(s) de travail : Développement de projets de développement durable avec les  partenaires, élaboration du Natural Capital Protocol pour mesurer les impacts et dépendances à la nature et les relier à une valeur économique.

Description : « La Natural Capital Coalition est une collaboration internationale qui unit des initiatives et des organisations dans la vision partagée d’un monde qui conserve et améliore le capital naturel. Elle réunit près de 300 organisations (dont environ 164 entreprises) et a développé un réseau de plateformes régionales.

La coalition possède un mode de travail dans lequel la communauté propose des projets ou des travaux intéressants afin d’avoir une approche aidant à l’évaluation du capital naturel. Ce travail est ensuite proposé et mis en oeuvre par la coalition s’il s’avère pertinent. La coalition a notamment développé le protocole sur le capital naturel qui définit un cadre de décision pour permettre d’identifier, mesurer, et mettre en valeur les impacts directs et indirects des activités économiques sur le capital naturel. »

Site internet

Natural Capital Finance Alliance

Natural Capital Finance Alliance

Natural Capital Finance Alliance

Date de création : 2012

Type de porteur(s) : Institution publique, entreprises.

Type d’engagement : Engagement sur des objectifs communs.

Organisations rassemblées dans l’initiative : Entreprises, ONG ou associations, institutions publiques.

Financeur(s) ou porteur(s) : Institutions financières et entreprises membres (47).

Thématique(s) de travail : Biodiversité, climat, comptabilité, eau, finance, sécheresse.

Thématique(s) de travail « biodiversité » : Déforestation, intégration de la biodiversité, valorisation de la nature.

Méthode(s) de travail : Développement d’outils d’évaluation d’impacts et de dépendances, partage d’études de cas.

Description : « Il s’agit d’une alliance initiée par la « Finance Initiative » de l’UNEP et l’ONG Global Canopy qui avait pour but originel d’aider les signataires de la Déclaration du Capital Naturel lancée au Rio +20. Elle avait été signée par plus de 40 dirigeants d’institutions financières du monde entier. L’alliance apporte connaissances et outils afin d’aider le secteur financier et d’autres partenaires à travailler ensemble et à gérer le risque des impacts environnementaux et de leurs dépendances. La Natural Capital Finance Alliance encourage l’innovation et le développement de solutions pratiques pour mieux comprendre les risques, saisir les opportunités et établir les fondations d’une croissance économique durable sur le long-terme.

Ils ont développé plusieurs outils pour aider les organisations à incorporer des scénarios de sécheresse, à évaluer leurs politiques pour répondre au risque de leur exposition à la déforestation, à intégrer le risque de stress hydrique et le risque lié à l’eau pour les entreprises minières. Ils ont également créé l’outil ENCORE pour aider les entreprises à évaluer la façon dont l’économie dépend de la nature et les risques liés aux changements environnementaux. L’outil présente un niveau de précision par secteur, industrie et procédé de production. »

Site internet